Lettre sur l'enseignement des sciences adressée par Galois à La Gazette des Ecoles

Des professeurs - Des ouvrages - Des examinateurs


       Monsieur le Rédacteur,

  

      Je vous serais obligé, si vous voulez bien accueillir  les  réflexions  suivantes, relatives  à  l'étude des mathématiques dans les collèges de Paris. D'abord  dans les  sciences,  les  opinions  ne comptent pour rien ; les places ne sauraient être la récompense de telle ou telle manière de voir en politique ou en religion. Je m'informe si un professeur est bon ou mauvais, et je m'inquiète fort peu de sa façon de penser dans des matières étrangères à ses études scientifiques. Ce n'était donc pas sans douleur et indignation que, sous le gouvernement de la Restauration, on voyait les places devenir la proie des plus offrants en fait d'idées monarchiques et religieuses. Cet état de choses n'est pas changé ; la médiocrité, qui fait preuve de sa répugnance pour le nouvel ordre de choses, est encore privilégiée ; et cependant les opinions ne devraient pas être mises en ligne de compte, lorsqu'il s'agit d'apprécier le mérite scientifique des individus.

  

      Commençons par les collèges ; là les élèves de mathématiques se destinent pour la plupart à l'Ecole polytechnique ; que fait-on pour les mettre en état d'atteindre ce but ? Cherche-t-on à leur faire concevoir le véritable esprit de la science par l'exposé des méthodes les plus simples ? Fait-on en sorte que le raisonnement devienne pour  eux une seconde  mé-moire ? N'y  aurait-il  pas au contraire  quelque  ressemblance entre la manière dont ils apprennent les mathématiques et la manière dont ils apprennent  les leçons de français et de latin ? Jadis un élève aurait appris d'un professeur tout ce qui lui est utile de savoir  ; maintenant il faut le supplément de un, de deux répétiteurs pour préparer un candidat à l'École polytechnique.  

  

      Jusques à quand les pauvres jeunes gens seront-ils obligés d'écouter ou de répéter toute la journée ? Quand leur laissera-t-on du temps pour méditer sur cet  amas de connaissances, pour coordonner cette foule de propositions sans suite, de calculs sans liaison ? N'y aurait-il pas quelque avantage à exiger des élèves les mêmes méthodes, les mêmes calculs, les mêmes formes de raisonnement, s'ils étaient à la fois les plus simples et les plus féconds ? Mais non, on enseigne minutieusement des théories tronquées et chargées de réflexions inutiles, tandis qu'on omet les propositions les plus simples et les plus brillantes de l'algèbre ; au lieu de cela, on démontre à grands frais de calculs et de raisonnements toujours longs, quelquefois faux, des corollaires dont la démonstration se fait d'elle-même.

  

      D'où vient le mal ? Assurément ce n'est pas des professeurs des collèges ; ils montrent tous un zèle fort louable ; ils sont les  premiers à gémir de ce qu'on ait fait de l'enseignement des mathématiques un véritable métier. La cause du mal, c'est aux libraires de MM. les examinateurs qu'il faut la demander. Les libraires veulent de gros volumes : plus il y a de choses dans les ouvrages des examinateurs, plus ils sont certains d'une vente fructueuse ; voilà pourquoi nous voyons apparaître chaque année ces volumineuses compilations où l'on voit les travaux défigurés des grands maîtres à côté des essais de l'écolier.  

  

      D'un autre côté, pourquoi les examinateurs ne posent-ils les questions aux candidats que d'une manière  entortillée ? Il  semblerait qu'ils craignissent d'être compris de ceux qu'ils interrogent; d'où vient cette malheureuse habitude de compliquer les questions de difficultés
artificielles ?
Croit-on donc la science trop facile ? Aussi qu'arrive-t-il ? L'élève est moins occupé de s'instruire que de passer son examen. Il lui faut sur chaque théorie une répétition de chacun des quatre
examinateurs ; il doit apprendre les méthodes qu'ils affectionnent, et savoir à l'avance,  pour  chaque  question  et  chaque  examinateur, quelles doivent être ses réponses et même son maintien. Aussi il est vrai de dire qu'on a fondé depuis quelques années une science nouvelle qui va grandissant chaque jour, et qui consiste dans la connaissance  des  dégoûts  et  des  préférences  scientifiques, des manies et de l'humeur de MM. les examinateurs.

  

      Êtes-vous assez heureux pour sortir vainqueurs de l'épreuve ? Êtes-vous enfin désigné comme l'un des deux cents géomètres à qui on porte les armes dans Paris ? Vous croyez être au bout : vous vous trompez, c'est ce que je vous ferai voir dans une prochaine lettre.

  
                                                                              
Evariste Galois 




                                    Retour page d’accueil